« Le travail des mains est comme une patine d’esprit

laissée par l’artisan sur les objets qu’il façonne.

Les irrégularités, les petits défauts attirent le regard,

l’engagent dans un voyage de découverte chaque fois

différent au cours duquel il se noue, entre nous-mêmes

et les objets que nous manions, un lien mystérieux. »

 

        François Kupka (1871-1957).